FAQ

Les technologies xDSL

Qu’est-ce que le DSL ?

Les technologies DSL permettent un accès haut débit sur une ligne téléphonique classique (une paire de cuivre). Des filtres chez les clients et dans les répartiteurs séparent les fréquences hautes, servant au haut débit, des fréquences basses, transportant les conversations téléphoniques. Le haut débit et la voix utilisent la ligne sur des bandes de fréquences séparées, permettant ainsi la cohabitation des deux services simultanément. Un peu comme un chien qui perçoit les hautes fréquences d’un sifflet à ultrasons alors que son maître ne les perçoit pas.

Qu’est-ce que le X DSL ? Pourquoi X ?

Il existe plusieurs formes de DSL : ADSL, READSL, SDSL, VDSL, etc. Le X-DSL n’est pas une technologie, mais un nom générique pour une famille de technologies similaires.

Définition des xDSL

ADSL  – Asymetric Digital Suscriber Line

Le débit d’une connexion ADSL est par nature asymétrique. Le partage de la bande passante disponible favorise le débit en direction de l’internaute (download). Ceci permet de surfer plus vite et d’optimiser les téléchargements.

 

SDSL – Symetric DSL

Cette technologie DSL offre un partage équitable de la bande passante entre l’upload et le download. Elle intéresse plus particulièrement les professionnels. Cette technologie évolue vers l’utilisation de plusieurs lignes (paires) en parallèle pour augmenter le débit.

 

READSL – Reach Extended DSL

C’est une version des technologies ADSL qui renforce la puissance d’émission sur la partie basse des hautes fréquences incluant l’upload et une partie du download. Ceci permet d’améliorer l’émission du signal et donc d’augmenter de l’ordre de 10% la portée de l’ADSL. Ce gain paraît faible, mais il a un énorme impact sur la couverture ADSL nationale, permettant d’atteindre nombre de clients qui ne pouvaient disposer de l’ADSL. Un mode auto adaptatif de l’upload (45-128kbit/s) fiabilise la connexion.

 

ADSL2+

Cette technologie est aussi une variante de l’ADSL. Elle permet, en élargissant vers le haut la plage de fréquences utilisée, d’augmenter significativement le débit sur une ligne DSL. Des débits de 22 Mbit/s ATM (18 Mbit/s IP) sont alors possibles. Ces fréquences sont plus sensibles aux perturbations. Ce qui fait que quand la portée augmente, les performances convergent vers celles de l’ADSL.

 

Tv / ADSL – Télévision sur DSL

Les débits actuels de l’ADSL permettent d’amener simultanément Internet et une chaîne télé. ADSL2+ et VDSL permettent de faire de même avec plusieurs chaînes.

 

VDSL – Very high bit rate DSL

Cette technologie est, à ce jour, le nec plus ultra des technologies DSL. Des débits allant jusqu’à 52 Mbit/s peuvent être atteints sur la paire de cuivre. Plus encore que l’ADSL2+, le gain en débit du VDSL, dû à l’usage des hautes fréquences, tend à disparaître avec la distance. Il devient alors nécessaire de rapprocher le DSLAM des utilisateurs.

Débits et portées

Valeurs expérimentales Techno Upload download

Exemples de débits proposés par les FAI

ADSL – Download : 512 kbit/s | Upload : 128 kbit/s | Portée : 4,6 km

ADSL – Download : 1024 kbit/s | Upload : 128 kbit/s | Portée : 3,8 km

Tv/ADSL – Download : 5 Mbit/s | Upload : 128 kbit/s | Portée : 2,5 km

READSL – Download : 512 kbit/s | Upload : 45-128 kbit/s | Portée : 5,0 km

ADSL 2+ – Download : 16 Mbit/s | Upload : 600 kbit/s à 1 Mbit/s | Portée : 1,3 km

Le dégroupage

Qu’est-ce que le dégroupage de la boucle locale ?

La boucle locale est la partie du réseau allant de la prise téléphonique d’un client au répartiteur. Le support physique de la boucle locale est la paire de cuivre torsadée. Le dégroupage résulte d’une directive européenne. Elle exige des opérateurs historiques, détenteurs de la boucle locale, qu’ils proposent (contre rémunération) aux opérateurs tiers un accès direct aux clients au travers de la dite boucle. Cette exigence se matérialise par la fourniture de paires de cuivre nues sur lesquelles l’opérateur tiers vient brancher ses propres équipements de transmission. L’apparition des technologies DSL, séparant l’utilisation de fréquences basses pour la voix et de fréquences hautes pour les données, a introduit la notion de dégroupage partiel. L’opérateur tiers peut ne s’intéresser qu’à un seul des deux aspects. Dans la pratique, tous les cas de dégroupage partiel concernent les accès DSL. La voix reste dans le giron de l’opérateur historique, charge à lui de filtrer les fréquences hautes et de les fournir à l’opérateur tiers.

NRA-ZO : réduction des zones d’ombre xDSL

La solution NRA-ZO

La solution NRA-ZO (Nœud de Raccordement d’Abonnés Zone d’Ombre) consiste à réduire la distance entre l’équipement réseau aDSL de l’opérateur, localisé dans le central téléphonique de OrangeOrange (NRA), et les abonnés non éligibles en installant un nouvel équipement à proximité du sous-répartiteur.

Cet équipement réseau aDSL, le DSLAM (pour Digital Subscriber Line Access Multiplexer), collecte et achemine les données entre le réseau et les abonnés xDSL. Il appartient à Orange ou à un opérateur alternatif dans le cas du dégroupage.
La longueur des lignes desservies par ce nouvel équipement est ainsi réduite, la couverture aDSL résultante est étendue.

Le DSLAM est installé dans un nouvel espace, généralement une armoire, qui doit être alimentée en énergie et recevoir les lignes de cuivre de la sous-répartition.
Corsica Haut débit est maîtrise d’ouvrage pour la réalisation de ces sites.

Un déploiement en plusieurs étapes
Le déploiement d’un NRA-ZO se fait en plusieurs étapes :

Choix de l’emplacement et obtention des permis de voirie ou autorisations – Le nouveau site doit être localisé à proximité de la sous-répartition.
Installation du site : création d’un socle et installation d’une armoire, travaux de génie civil entre la sous-répartition et le socle, raccordement au réseau d’électricité, livraison et installation de l’armoire.
Déviation des lignes de cuivre des abonnés via l’armoire

A ce stade l’environnement technique est fonctionnel : Le NRA-ZO est mise en service technique.

Les FAI qui souhaitent offrir leurs services aux abonnés desservis par le NRAZO peuvent alors louer un espace dans l’armoire à Corsica Haut Débit pour y installer leur DSLAM.

Lorsqu’au moins un opérateur est installé dans le NRA-ZO et met en service son DSLAM, le NRA-ZO est dit en service commercial.